Interview de Marie-Odile Fondeur, Directrice Générale du Sirha

A 60 jours du rendez-vous mondial de la restauration et de l’hôtellerie, nous avons rencontré Marie-Odile Fondeur, Directrice Générale du Sirha. Découvrez en 12 questions ce qui vous attend à Lyon du 26 au 30 janvier 2019, mais aussi l’évolution du secteur du Food Service dans son ensemble.

Bonjour Marie-Odile Fondeur, pouvez-vous vous présenter en quelques mots pour ceux qui ne vous connaîtraient pas ?

Je suis directrice de la division food service de GL events exhibitions depuis 2007. Ma division organise plus de 40 événements sur un cycle de 2 ans en France comme à l’international. Nous créons et développons des salons professionnels, des festivals, des concours et des dîners de prestige dans l’univers de la gastronomie et des métiers de bouche. Les plus connus sont bien sûr le Sirha, le Bocuse d’Or et la Coupe du Monde de la Pâtisserie, mais nous organisons également avec beaucoup de satisfaction, Omnivore, les sélections continentales des concours gastronomiques, le Big ou le prestigieux dîner des grands chefs du monde. J’ajoute que je suis passionnée de cuisine, de bonne cuisine bien sûr, de bons produits et la nutrition-santé est un sujet qui me tient à cœur depuis longtemps.

 

A moins de 60 jours de l’événement, à quoi ressemblent vos journées ?

Elles sont bien occupées… Je reviens d’Espagne et je pars prochainement à New York et ensuite à Milan pour assurer la promotion du Sirha auprès de la presse internationale. Ces voyages sont essentiels pour rencontrer nos partenaires, les chefs, les médias et « sentir » les évolutions et les tendances du marché.

Il faut impérativement être « sur le terrain » le plus souvent possible et rencontrer, échanger régulièrement avec tous les acteurs des métiers du food service. C’est selon moi la meilleure façon d’enrichir nos événements, de les améliorer, d’avoir un temps d’avance pour apporter un contenu riche et pertinent à tous les professionnels.

 

Le Sirha a lieu tous les deux ans. Comment faites-vous pour tenir en haleine 200 000 participants ?

C’est un travail au quotidien de toute une équipe. Nous sommes en veille permanente pour imaginer de nouvelles animations, de nouveaux formats, retravailler l’urbanisme de nos salons pour coller au marché, trouver de nouveaux outils digitaux pour que nos clients puissent se rencontrer facilement, des forums pour leur permettre d’échanger avec des experts métiers…

 

Stands, animations, concours… le Sirha ne laisse pas une minute de répit aux visiteurs. Est-ce la clé du succès du salon ?

C’est en tout cas ce qui donne une ambiance si particulière au salon, une âme comme j’aime le dire. Un événement ou un salon, c’est une opportunité formidable en un seul lieu de rencontrer toute une profession (sur le Sirha 2017, je rappelle que nous avons réuni plus de 3000 exposants et marques!), de s’informer, de tester des nouveautés, d’échanger avec des collègues, de voir des « stars » de sa profession en démonstration ou en concours (21 concours en 2019, pour tous les métiers…).

 

Le Sirha est un salon connecté avec Sirha TV ou encore une application mobile. Quels sont les futurs axes de digitalisation de l’événement ?

Les orientations 2019 sont d’aller vers plus d’interactivité avec nos publics qui seront sur le salon et hors du salon. Voter en ligne et via l’application pour la meilleure startup, voter pour son influenceur préféré, poser des questions aux intervenants de la Sirha TV ou aux candidats des concours.

La web TV va également évoluer vers un site multi-chaines, où chacun de nos événements pourra être revécu à travers toutes les vidéos mises à disposition.

 

Quelles seront les grandes nouveautés de cette édition ?

La prospective et l’innovation seront au cœur du Salon. Nous poursuivons notre travail de veille avec Frédéric Loeb, notre tendanceur qui nous décrypte les émergences du food service et les illustre via des concepts de restaurants. Cette question du rôle du food service dans l’alimentation de demain sera débattue lors du World Cuisine Summit, un forum exceptionnel qui aura lieu le mardi 29 janvier au sein du Sirha et réunira des experts mondiaux.

Le food studio accueillera un plateau TV majestueux avec une programmation riche de tables rondes, de démonstrations et d’interviews.

L’Espace 6ème Sens, conçu en étroite collaboration avec l’Institut Paul Bocuse, abritera 3 restaurants concepts en fonctionnement sur des thématiques dans l’air du temps. Les convives pourront y découvrir une décoration, un menu, des arts de la table en totale cohérence avec les influences de la restauration.

Mais beaucoup d’autres surprises seront à découvrir sur le Sirha.

 

Une trentaine de startups sera présente sur le salon. Doit-on s’attendre à des innovations disruptives ?

Je ne sais pas encore… mais nous sommes en contact permanent avec des startups ou des incubateurs. Nous travaillons par exemple avec l’Isara à Lyon depuis plusieurs années et le 1er village des startups a démarré sur le Sirha 2017. L’une d’elles a d’ailleurs remporté un grand prix Sirha Innovation, un booster exceptionnel pour une toute jeune structure.

 

 

Qu’apporte le soutien du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation au Sirha ?

Nous avons aujourd’hui le parrainage de 3 grands ministères : l’agriculture et l’alimentation, les affaires étrangères et le ministère de l’économie. C’est une caution importante pour le Sirha et ses événements associés au niveau national et international et la reconnaissance de l’Etat pour l’outil économique que nous sommes dans la filière agroalimentaire.

 

Avez-vous une anecdote surprenante à nous raconter au sujet du Sirha ?

Il y en a beaucoup… amusantes, émouvantes ou plus stressantes. En janvier 1991, nous préparions le Sirha quand nous avons eu de fortes chutes de neige sur la région. Celles-ci ont provoqué l’effondrement d’un hall 3 semaines avant le salon… inutile de vous dire que c’était une catastrophe. Très rapidement, tous les collaborateurs de GL events se sont mobilisés pour déneiger, les personnels d’Eurexpo ont fait un travail extraordinaire avec leurs prestataires pour déblayer… et un hall provisoire a été installé en un temps record pour accueillir nos exposants et nos visiteurs. C’était une édition bien particulière mais placée sous le signe de la solidarité et la mobilisation des équipes.

 

Véganisme, flexitarisme, alimentation bio… quelle différence faites-vous entre le Sirha Green et le Sirha ?

Sirha Green est tout jeune par rapport au Sirha puisque nous avons organisé la première édition en juin de cette année. Nous sentions depuis déjà quelques mois une demande forte de la profession pour un salon dédié uniquement au food service durable. Le bio, le local, les économies d’énergie, la RSE sont des thématiques extrêmement présentes aujourd’hui et les professionnels ne sont pas toujours totalement informés, mais la demande consommateur est forte. Sirha Green est donc né et nous avons été ravis de son succès.

Sirha aura lui son indice green que nous avons créé pour 2019 car une majorité de nos exposants présente des produits, matériels ou services « green ».

La Coupe du Monde de la Pâtisserie pour sa part aura une épreuve de dessert végétalien… une thématique très contemporaine pour fêter les 30 ans de ce beau concours.

Nous poursuivons ainsi notre démarche « Green » sur tous nos événements et ce n’est que le début je pense.

 

Votre salon est présent à Genève, Rio, Moscou… est-ce un besoin de proximité dans un marché globalisé ou un réel besoin d’adapter le salon aux marchés locaux du Food Service ?

Nous avons récemment arrêté certains salons à l’international. Au Brésil, par exemple, la situation économique et politique du pays est actuellement trop instable pour installer durablement un salon comme le Sirha. Après deux éditions à Rio et une à São Paulo, nous renonçons pour l’instant. Par contre, nous continuons à Istanbul et Budapest grâce à des filiales de GL events dans ces pays. Nous continuons néanmoins de travailler nos réseaux dans de nombreux pays grâce aux sélections Bocuse d’Or et Coupe du Monde de la Pâtisserie.

 

Pour finir, Electrolux Professionnel sera présent au Sirha avec la marque MOLTENI. Que vous inspire la simple évocation de ce nom ?

Molteni, c’est une très belle marque, un matériel d’exception qui équipe les plus grands établissements et sert les plus grands chefs. C’est aussi un exposant historique du Sirha, un grand nom de l’équipement que nous avons toujours grand plaisir à accueillir sur nos événements.

 

Merci Marie Odile pour votre disponibilité, nous étions ravis d’échanger avec vous ! Electrolux Professionnel vous donne rendez-vous au Sirha du 26 au 30 janvier 2019 pour découvrir une expérience unique avec le MOLTENI Cube concept sur notre stand 6B74 – Hall 6.2.

A très bientôt !

Interview de Marie-Odile Fondeur, Directrice Générale du Sirha 2018-11-27T09:30:17+00:00 Electrolux Professional

Restons en contact

Je souhaite recevoir les newsletters :

Articles par mots-clés